blague motards

Non-reconnaissance personnelle

Au tribunal, un homme comparait devant le juge :
– Pourquoi avez-vous donné un faux nom aux motards qui vous ont interpellé ?
– Monsieur le président, ils m’avaient mis très en colère, et quand je suis énervé, je ne me reconnais plus !

Mieux vaut motard que jamais

Les perles : les petites annonces

« Jeune femme folle de moto, je cherche Jeune homme qui m’initiera aux joies de la mécanique et me montrera son moteur personnel de près. Une précision, je suis une passagère légère. »

Publicité

Des motards et des blondes

L’histoire, racontée par le motard :

Un motard raconte à ses copains motards :
– Hier, j’ai fait la connaissance d’une superbe nana dans une boite de nuit…

Les copains motards :
– Aaaah !
– On boit un coup, je commence à l’embrasser.

Les copains motards :
– Aaaaaaah !
– Je lui propose de la raccompagner chez elle, elle accepte, et on sort de la boite…

Les copains motards :
– Aaaaaaaaaah !
– Arrivés sur le parking, là elle me dit « déshabille moi ! »

Les copains motards :
– Aaaaaaaaaaaaaaaaah !
– Alors j’enlève sa culotte, je la soulève et je l’assoie sur la selle de ma nouvelle moto…

Les copains motards :
– T’as une nouvelle moto ? C’est quoi comme bécane ?

La même histoire, racontée par la blonde :

Une blonde raconte à ses copines blondes :
– Hier, j’ai fait la connaissance d’un superbe motard dans une boite de nuit…

Les copines blondes :
– Aaaah !
– On boit un coup, je commence à l’embrasser.

Les copines blondes :
– Aaaaaaah !
– Il me propose de me raccompagner chez moi, j’accepte, et on sort de la boite

Les copines blondes :
– Aaaaaaaaaah !
– Arrives sur le parking, là je lui dis : « déshabille-moi ! »

Les copines blondes :
– Aaaaaaaaaaaaaaaaah !
– Alors il m’enlève ma culotte…

Les copines blondes :
– T’as une culotte ?

La valse des contredanses

humour, La valse des contredanses

L’autre jour, je sors de chez le boulanger et j’aperçois un motard de la police en train de rédiger un PV de stationnement. Je m’approche et lui dis :
« Je ne suis resté que cinq minutes chez le boulanger. Ne pouvez-vous pas annuler cette contravention ? »

Il m’ignore superbement et continue à écrire.
« Con d’emmerdeur », ne puis-je m’empêcher de lui dire.

Et voilà qu’il dresse un autre PV pour absence de plaque réfléchissante à l’avant du véhicule. Mon sang ne fait qu’un tour et je l’engueule copieusement :
« Gros Nul, Playmobil raté, sous-produit de débile, pet de vache, impuissant, analphabète, hémorroïde hypertrophiée… »

Ah, là, j’ai bien utilisé les richesses de mon vocabulaire. Cela continue encore un quart d’heure, et le flic, sans sourciller, continue à mettre des contredanses sous l’essuie-glace au point qu’il n’y avait pratiquement plus de place sur le pare-brise. Je constate que tout cela ne nous mène à rien et je jette l’éponge.

Puis je me rends tranquillement à ma voiture, garée deux rues plus loin…