blague marseillais

La blague des fouilles marseillaises

blague fouilles, blague scientifiques, blague Marseillais, blague wifi, blague téléphonie, blague fibre optique, blague américains, blague russes, blague pastis , humour drôle

Dans le cadre de fouilles dans le sous-sol russe jusqu’à 100m de profondeur, les scientifiques russes ont trouvé des vestiges de fil de cuivre qui datait d’environ 1000 ans.

Par provocation les Russes en ont conclu publiquement que leurs ancêtres disposaient déjà il y a 1000 ans d’un réseau de téléphonie en fil de cuivre.

Les Américains, pour faire bonne mesure, ont également procédé à des fouilles dans leur sous-sol jusqu’à une profondeur de 200m. Ils y ont trouvé des restes de fibre de verre.Il s’est avéré qu’elles avaient environ 2000 ans.

Les Américains en ont conclu que leurs ancêtres disposaient déjà il y a 2000 ans d’un réseau de fibre optique numérique. Et cela, 1000 ans avant les Russes

Une semaine plus tard, à Marseille, côte bleue, on a publié le communiqué suivant :
« Suite à des fouilles dans le sous-sol de la plage de Carry le Rouet, jusqu’à une profondeur de 500m, les scientifiques marseillais n’ont rien trouvé du tout. Ils en concluent que les Anciens Provençaux disposaient déjà il y a 5000 ans d’un réseau Wifi. Ce n’est qu’un peu plus tard que Dieu inventa le pastis afin d’éviter que les Marseillais ne deviennent les maîtres du monde… »

Publicité

La chasse au lion

Marius qui revenait d’un safari en Afrique raconte ses exploits à ses amis :
– Vous savez, la chasse au lion n’est pas aussi difficile qu’on le pense. Il s’agit de bien viser le lion entre les deux yeux et sa mort est assurée sans le moindre risque pour le chasseur.

Quelque temps après, son ami Olive s’envole pour un nouveau safari au Tchad. À son retour, le groupe d’amis se retrouve et lui demande :
– Alors, raconte-nous ta partie de chasse.
– Peuchère ! Moi qui croyais me régaler, je suis déçu. Les lions ne sont pas aussi bêtes qu’on le pense. Ils ont compris notre tactique. A présent, ils se déplacent par deux, marchent de front et ferment un œil chacun !

Le vinaigre modeste

Marius a ouvert une épicerie. Ce matin-là, il propose à sa clientèle du vinaigre marqué : « vinaigre Marius ».
– Peuchère ! lui lance un de ses clients, ce n’est pas la modestie qui t’étouffe, toi !
– Modestie ? proteste Marius, pourquoi ça ? Parce que j’ai appelé mon vinaigre : « vinaigre Marius » ? Et alors ? Ce matin, chez Olive, mon concurrent, j’ai bien vu marqué : « huile d’olive » !

Le super-épouvantail

Marius revient d’un voyage d’études aux États-Unis, et, à l’heure de l’apéritif raconte aux amis :
– Vous ne me croirez pas, mais j’ai vu dans l’Ohio, un fermier qui avait installé un système pour effrayer les corbeaux, je ne vous dis que ça ! C’était un mannequin qui sortait de terre toutes les deux minutes en agitant les bras et en criant.
– Et ça les a vraiment effrayés, ce truc-là ? demande Olive.
– Si ça les a effrayés, peuchère ! Il y en a qui ont rapporté le maïs volé il y a deux ans.