blague gangster

Les gangsters et le fermier

Deux gangsters attaquent un riche fermier qui rentrait chez lui. Ils lui prennent tout : son cheval, son argent, son jean, ses bottes, sa chemise et son chapeau. Le pauvre homme supplie :
– Vous pourriez au moins me laisser quelque chose !

Alors, un gangster dit à l’autre:
– Joe ! Rends-lui son chewing-gum !

Publicité

Le pauvre gars contre Al Capone

Ça ce passe pendant les années 30 aux Etats-Unis. Un type à qui tout sourit. Il a un bon boulot dans un entrepôt sur les quais de Chicago, une nana magnifique, un super appartement avec vue sur la ville. Bref, le bonheur.

Tout bascule le jour où la mafia fait une razzia sur son lieu de travail alors que sa fiancée l’attendait à la sortie de son boulot: De grosses limousines chargées de truands armés jusqu’au slip, tirant sur tout ce qui bouge même quand ça bouge pas. Un massacre. L’entrepôt est tellement brûlé qu’il n’en reste plus qu’une plaque métallique en fusion ; le patron crucifié ; et pour couronner le tout. Le chef des mafiosi viole la fiancée du mec avec une ponceuse auto lustrante, si bien que la belle en tombe éperdument amoureuse.

En gros l’hécatombe.

Le gars rentre chez lui avec un petit sentiment d’amertume. Sans boulot, seul dans son appartement sordide. Il décide de se suicider, mais il n’a plus un rond pour le gaz, le prix du chanvre à augmenté, le Valium n’a pas été inventé et Ophélie Winter ne chante pas encore.

C’est Al Capone qui a fait son malheur, c’est lui qui se chargera de sa mort décide-t-il.

Il se rend donc dans le restaurant préféré du truand. C’est une boîte avec danseuses emplumées et jet de culottes au final. Le roi du crime est attablé avec ses gorilles et sa gonzesse devant un magnum de champagne dont l’étiquette pour le prix est plus large que celle pour la marque.

Le gars s’impose, il s’approche de Capone et pour le provoquer fait tomber son chapeau. Pas un porte-flingue ne bouge. Capone se baisse pour ramasser son galurin lorsque une rafale de mitraillette balaye tout l’établissement. Même le chien sur les marques de Whisky agonisent.

Capone se relève, regarde atterré autour de lui, aperçoit le gars paumé au milieu du charnier, qui vient de lui sauver la vie. Il le prend dans ses bras. « Mon ami » dit-il, « entre nous c’est pour la vie ».

Il relève la table, rafistole sa gonzesse sur une chaise, ramasse la bouteille champagne intacte et fait asseoir son sauveur à coté de lui. Capone verse deux grandes flûtes de champagne et s’apprête à porter un toast pour son nouvel ami. Le gars lui balance alors un coup d’épaule à décorner un boeuf, espérant provoquer le mafioso.

La chaise de Capone bascule, le verre de champagne tombe sur ses pompes en grésillant, produisant une drôle de fumée. C’était de l’acide. Capone se relève.
« Mon sauveur » dit-il en prenant une nouvelle fois notre bonhomme dans ses bras.
« Deux fois de suite tu me sauves la vie, à part ma femme, tu peux tout me demander. »

Le gars sans se démonter plus enclin que jamais à provoquer la colère du truand chope la nénette et la fourre de force sur ses genoux. Il la tripote ouvertement.

A ce moment la nana lui dit à l’oreille « Si tu trouves des couilles entre mes jambes, tais-toi, je suis Eliott Ness »

Un courrier à l’assurance pour se torcher le cul

Les perles : les assurances

« Je vous renvoie se papieds avec lequel on peu se torcher le quu car je vous avet envoulier une lettre recommander il y a longtemps et jai plus la voiture non plus et je informe que mon règlement vous sera fait a Niort avec du 6 x 35 a répaitision car vous êtes une bande de gangstaire et je vais vous maître entolle. Recevez monsieur mes condoléances. »