blague Berlin

Les boulettes de Berlin

Du temps de la guerre froide, dans un restaurant de Berlin où pullulaient les espions, les contre-espions et les agents doubles, un client appela le garçon :
– Vous m’avez servi trois boulettes de viande hachée mais je n’arrive pas à couper la troisième.
– Normal, dit le garçon. La troisième, c’est le microphone.

Le bombardement de tracts

Lors de la dernière guerre, une escadrille d’avions américains part en mission, pour déverser des tracs au-dessus de Berlin. Tous les avions rentrent dans la nuit, tous sauf un. Ce dernier rentre à la base quatre jours plus tard.
– Qu’avez-vous fait ? hurle le colonel. Il ne faut pas quatre jours pour déverser une tonne de tracts par-dessus bord.
– Il fallait les jeter ? fait le jeune aviateur étonné.
– Bien sûr, qu’il fallait les jeter. Qu’en avez-vous fait ?
– Je les ai glissés sous les portes.

Publicité

Chair à camion !

Aujourd'hui pour les terroristes, le camion a remplacé la Kalachnikov
12 janvier 2017 – Chair à camion !

Après Nice, Berlin, c’est au tour de Jérusalem, un camion fonce sur la foule. Le véhicule a foncé sur un groupe de militaires dans un site touristique du sud de Jérusalem. L’assaillant a ensuite été abattu. Pas d’amalgame. Un seul poids lourd ne peut susciter la camionophobie.
(Dessin du 12 janvier 2017)

Le sauvetage des écoliers allemands

humour, blague Allemagne, blague juif, blague zoo, blague lion, blague sauvetage, blague une, blague journal, blague antisémitisme, blague héros, blague Berlin, blague seconde guerre mondiale, blague écolier, blague propagande

Ça se passe à Berlin au début des années quarante. Un lion s’est échappé d’un zoo et s’apprête à foncer sur une bande d’écoliers qui sortaient de classe. Voyant ça, un homme saisit un couteau et sans hésiter saute sur le lion et l’égorge net.

Ayant assisté à la scène, un gradé de l’armée demande à l’homme de se nommer pour que celui-ci puisse être montré en exemple au peuple allemand.

Au début l’homme refuse, mais devant les acclamations de la foule, décide de se nommer :
– Je m’appelle Jacob ! Jacob Lévy ! »

Le lendemain, on pût lire à la une des journaux :
« UN JUIF SANGUINAIRE S’ATTAQUE À UN PAUVRE LION. »