blague bègue

La déception du bégaiement

Deux copines discutent :
– Comment as-tu rencontré ton mari ?
– Il est venu à la pharmacie où je travaille pour acheter des préservatifs XXXXL. Ce n’est qu’une fois marié que j’ai réalisé qu’il bégayait…

Le bégaiement temporel

C’est un bègue qui s’adresse à un de ses copains :
– T… t’a uuuu… une de… demi-heure de… de libre ?
– Oui, pourquoi ?
– J… j’voudrai te… te pa… parler ce… cinq minutes.

Publicité

Les miracles du prédicateur

humour blague prédicateur religion miracles handicapés

Un prédicateur prétendant faire des miracles devant les caméras s’adresse aux fidèles :
– Alléluia, mes frères ! dit-il quand l’émission commence. Qui veut être guéri ?

Un paralytique s’avance dans son fauteuil roulant.
– Et comment t’appelles-tu ?
– Conrad.
– Conrad va derrière ce paravent, nous allons prier pour toi. Mes frères, quelqu’un d’autre désire- t-il ce soir voir sa guérison ?
– Mo…mo… moi ! Je… je… Je m’appelle Geor… ge et je… je…
– J’ai compris George, tu es bègue. Passe derrière ce paravent, nous allons tous prier pour toi.

L’assemblée se met à chanter, à taper des mains, à scander « O happy day » et au bout d’un quart d’heure, le prédicateur en transes s’écrie :
– Conrad, quitte ton fauteuil, le Seigneur a entendu ta prière, tu es guéri !

À ce moment, le fauteuil vide sort de derrière le paravent et vient rouler sur le devant de la scène. Les fidèles exultent.
– George, c’est la même chose pour toi. Le Seigneur a compris tes souffrances, tu es guéri… Parle-nous !

Et derrière le paravent, on entend une voix qui dit :
– Con… con… con… Conrad s’est ca… ca… cassé la gueule !

Le boiteux et le bègue

Un boiteux et un bègue bavardent :
– Si tu tuuu tutu…tu savais comme c cc cc’est gênant de papa pas pouvoir sexe…s’exprimer comme tttt tout le mon monde…pffffff !
– Ben tu sais, chacun son handicap. Regarde, moi par exemple, j’ai un pied plus court que l’autre, alors je boite. Et dans la rue, tout le monde me regarde du coin de l’oeil.
– Ah ben tata t’as raison là…mais momo mmmoi je connaît uuun truc ppp p pour plus boiboi boiter.
– C’est vrai ça ? si tu me le dis, moi j’te dirai un truc pour plus bégayer.
– Ben é é écoute…c’est simple. tutu tu marches au bobo bord du trotro trottoir en mettant un un un pied susur le trotro trottoir, et un un pied dans le caca caniveau.
– Formidable ton truc…j’y avais pas pensé…vraiment t’est un pote toi !
– Et tt toi tonton ton truc pour plus bébé bégayer ?
– C’est simple aussi : tu fermes ta gueule !

La méthode de vente du bègue

C’est un gars qui vend des brosses à dents en porte-à-porte depuis quelques années déjà, et il en a marre : il décide de se mettre à son compte. Il passe donc une annonce pour recruter des jeunes vendeurs qui vendront les brosses à dents à sa place. Un candidat bègue se présente :

Le bègue :
– J-j-j-j-je v-v-v-voud-d-d-drais v-v-vend-d-d-dre d-d-des br-brosses à dents p-p-pour v-v-vous !

Le boss :
– Ah ça , pas question mon gars, tu as un sérieux problème d’élocution tu sais…

Le bègue :
– Allez p-p-p-patron l-l-l-laiss-ssez moi ess-ss-ssayer…

Le patron :
– Ok essaie si tu veux. Voilà le matériel.

Le lendemain :
– J-j-j-j’ai v-v-v-vendu t-t-tout le c-c-carton ! D-d-d-donnez moi d-d-d-dix c-c-c-cartons !

Le surlendemain :
– J-j-j-j’ai v-v-v-vendu t-t-tout les c-c-cartons ! D-d-d-donnez moi cinq-qu-qu-quante c-c-c-cartons !

Le surlendemain :
– J-j-j-j’ai v-v-v-vendu t-t-tout les c-c-cartons ! D-d-d-donnez moi cent c-c-c-cartons !

Le boss :
– Dis-moi un peu, quel est la raison de ton succès ? Quelle est la méthode que tu emploies pour vendre autant de brosses à dents ?

Le bègue :
– C-c-c-c’est s-s-s-simple. J-j-j-j’installe m-m-m-mon m-m-mat-t-tériel au coin de d-d-d-deux rues t-t-très fr-fr-fréquentées… J-j-je met une p-p-p-pancarte « D-d-dégus-s-station d-de cr-cr-crevettes sauce p-p-piquante gr-gr-gratuite ». J-j-j-je m-m-m-mets à la d-d-d-disposition du p-p-p-public un bol de sauce et d-d-des cr-cr-crevettes. Les gens pr-pr-prennent une cr-cr-crevette, la trempent d-d-dans la sauce et goûtent… « Beuarh ! Cette sauce a le goût de merde ». qu-qu-qu’ils d-d-disent et j-j-j-je rép-p-p-pond :
« C-c-c’en est. J-j-j-je v-v-vous v-v-vend une br-br-brosse à d-d-dents ? »