Pas de punition pour mon fils

Un petit écolier, qui rentre de l’école, dit à son père :
– La maîtresse a lu ta lettre où tu protestais parce qu’elle m’avait donné cent lignes à faire.
– Et qu’est-ce qu’elle a dit ?
– Que tu copies deux cents fois, pour demain, le mot « salutations », en l’écrivant, cette fois, avec un t et non pas avec deux s.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.