Ouverture forcée

Un commissaire de police, mort de peur, se cramponne à deux mains aux accoudoirs du fauteuil du dentiste. Jusqu’au moment où celui-ci, exaspéré de ne pouvoir faire son travail, emploie les grands moyens, en hurlant :
– Au nom de la loi, ouvrez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.