Les viols du journal

Une blonde ouvre son journal et lit : « Une femme est violée toutes les dix secondes. »

Avec le cœur gros, elle dit : « Mon Dieu, la pauvre ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.