Les renoncements suite à malaise cardiaque


Effrayé par un malaise cardiaque, un joyeux vivant d’une cinquantaine d’années a consenti à écouter les conseils de son médecin.
– Il y a un mois de cela, raconte-t-il, la première semaine, j’ai renoncé à faire de plantureux repas. La deuxième semaine, j’ai renoncé à fumer. La troisième semaine, j’ai renoncé à fréquenter les femmes légères… que j’aime tant.
– Et la quatrième semaine ?
– J’ai renoncé à renoncer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.