Les poings masculins


Le président du tribunal interpelle le prévenu :
– Vous êtes d’une brutalité inacceptable avec votre épouse. Vous ne cessez de la battre, même la nuit !
– Si on peut dire. La nuit, je dors à poings fermés !
– Exact ! Votre femme s’en est plainte, avec preuves à l’appui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.