Les condamnés à mort de la révolution française


blague révolution française, blague prisonnier, blague guillotine, blague miracle, blague nœud, blague suisse, humour

Ça se passe pendant la révolution française. Trois prisonniers un français, un belge, et un suisse ont été jugés coupables de crimes abominables. Ce qui leur vaut à tous les trois la peine de mort.

Le jour de l’exécution ils s’avancent chacun leur tour devant le gibet où ils seront décapités. Le français est le premier à s’avancer :
– Rien à déclarer ? demande le bourreau
– Non, répond le français de toute sa hauteur, Dieu fera un miracle pour me sauver car il sait que je suis innocent.

Le bourreau, qui en a entendu d’autres, lui passe la tête dans la guillotine, abaisse le levier et… Oh miracle ! Le couperet s’arrête à deux centimètres du cou du condamné. Étant donné qu’il s’agit d’un événement extraordinaire, ce dernier est gracié.

Vient le tour du belge. Même question du bourreau :
– Rien à déclarer ?
– Non, répond celui-ci, car je sais que pour moi aussi Dieu fera un miracle.

Le bourreau, qui commence sérieusement à douter de son choix de carrière lui glisse la tête dans la guillotine, abaisse le levier… Et le même scénario se produit : le couperet stoppe net à deux centimètres du cou du condamné. À l’exemple du précédent, celui-ci est aussi gracié.

S’avance enfin le suisse :
– Rien à déclarer ? lui demande le bourreau qui trouvait que sa journée allait vraiment mal.
– Et bien oui, répond le suisse. Je voulais juste vous dire qu’il y a un gros nœud dans la corde qui retient votre gros couperet…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.