Les bijoux de la justice

Les perles : la justice

La justice sait parfois avouer ses fautes. Après quinze années d’une âpre bataille, le greffe d’un tribunal reconnaît qu’il a vendu à tort et aux enchères quelque 200 bijoux placés sous scellés en 1986. L’État devra verser 2,3 millions de francs au bijoutier ainsi lésé. On ne plaisante pas avec les bijoux de famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.