Le testament de l’octogénaire

Une octogénaire, qui vient de dicter son testament, rappelle son notaire, déjà sur le pas de la porte. – Au fait, lui dit-elle, ajoutez donc ce codicille : Et, à mon gendre qui m’a répété, pendant soixante ans : « L’essentiel, c’est d’avoir la santé », je lègue mon armoire à pharmacie où il trouvera, intactes, toutes ces cochonneries de médicaments qu’il m’a fait prescrire par son médecin et que, désireuse de vivre centenaire, je me suis toujours bien gardée d’absorber.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.