Le temps de la vache enragée


Au cours d’un dîner amical chez son vieil ami le peintre Forain, l’écrivain libertin Jean Lorrain fût très irrité par les fréquents appels à la vertu professés par la maîtresse de maison qui critiquait ainsi ouvertement et avec insistance les nombreux écarts de conduite de son invité. Jean Lorrain voulut prendre le parti de quitter la table, en dépit des multiples excuses embarrassées de son hôte qui évoquait, entre autres, leur très ancienne amitié.
– Souviens-toi, Jean, de nos débuts, quand nous mangions de la vache enragée…
– Certes, lui répond alors Lorrain, mais moi, au moins, je ne l’ai pas épousée !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.