Le sexe de Dakar

C’est à Dakar que ça se passe, sur une plage de nudiste. Deux minettes européennes se bronzent à poil sur la plage et un éphèbe noir se baigne sous leurs regards hagards. Elles n’attendent qu’une chose ; que le beau mâle sorte, histoire de voir si la légende qui veut que les noirs sont bien membrés est fondée. Alors le noir finit par sortir. Il a de l’eau jusqu’à la taille. Les deux filles matent à s’en arracher les yeux. Au fur et à mesure que le noir sort de l’eau, son sexe apparaît. Il a de l’eau jusqu’à mi-cuisse et on ne voit toujours pas l’extrémité du rouleau à pâtisserie. Les filles sont béates d’admiration. Quand le noir a de l’eau jusqu’au genoux et que l’extrémité de sa colonne n’apparaît toujours pas, les minettes ont une pensée émue pour sa pauvre compagne. Et quand il de l’eau jusqu’aux chevilles sans que le gland ait paru, là, elles sont carrément hilares.

Remarquant cela, le bel éphèbe leur lance :
« Hé ben quoi, c’est normal qu’elle soit toute petite avec cette eau froide… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.