Le perroquet de la belle-mère


Dans une oisellerie, un monsieur regarde attentivement les perroquets.
– En voici un, lui dit le vendeur, qui parle couramment quatre langues. – Ce serait du gaspillage, répond l’homme. C’est pour offrir à ma belle-mère. Alors, tout ce qu’elle lui demandera, comme qualité, c’est de savoir écouter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.