Le patient qui se prenait pour un chien


– C’est bon, dit le psychanalyste à son patient, tout le monde est d’accord, là-dessus : vous êtes un chien. Que vous aimiez vous faire promener dans la rue tout nu, tenu en laisse par votre femme, avant de la prendre par derrière devant tous les passants, ça ne gêne absolument personne. En revanche, ce qui m’exaspère, c’est que, toutes les trois minutes, vous leviez la patte contre mon divan.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.