Le justiciable superstitieux


Les perles : la justice

Le délinquant était venu à son procès sans grande crainte. Tout s’était d’ailleurs plutôt bien déroulé. Mais quand le président a dit qu’il rendrait sa décision le vendredi 13 décembre, le prévenu s’est mis à s’agiter tel un chihuahua cocaïnomane. Il ne craignait ni le juge ni la peine, mais le mauvais sort.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.