Le courage des devoirs

– Moi, dit un écolier, je ne me casse pas la tête. Je laisse à mon père le soin de faire mes devoirs, le soir.
– Je suis plus courageux que toi, fait un autre. Avant de recopier ce qu’a écrit mon père, je prends la peine de lui corriger ses fautes d’orthographe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.