Le chien de Jules Renard


« Pendant la guerre, un homme se résigne à manger son chien, regarde les os qu’il laisse, et dit :
– Pauvre Médor ! Comme il se serait régalé ! »

Jules Renard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.