Le bonheur des uns et des autres

Par une belle soirée de printemps, le père Mastard appelle sa fille :
– Julie, ma fille. Le père Bonnavis sort d’ici. Tu vas épouser son fils Bernard au mois de juillet.
– Mais papa, ce n’est pas possible… Tu ne peux pas me faire ça, je ne l’aime pas du tout !
– Et alors, c’est pas grave. Tu verras que l’amour arrivera avec le temps !
– Pas question papa ! Je ne veux pas me marier. Je veux rester ici avec maman !
– Oh ben, s’il n’y a que ça pour te faire plaisir, t’as qu’à emmener ta mère avec toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.