Le beau-père du cinquantenaire

Un monsieur dans la cinquantaine se plaignait à ses amis d’avoir à héberger son beau-père chez lui :
– Passe encore qu’il mette mes costumes, qu’il fume mes cigares, qu’il boive mon whisky et qu’il conduise ma voiture. Mais quand il s’assied à table pour dîner et qu’il se foute de ma gueule en rigolant à pleines dents avec mon propre dentier, là c’est trop !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.