La psychose du téléphone


– J’ai, raconte un industriel, dû suivre un traitement psychanalytique. La sonnerie du téléphone m’effrayait à un point tel que, dès qu’elle retentissait, j’allais me cacher sous mon bureau pour tenter d’y échapper. – Et alors ?
– Et bien, après trois séances de psychanalyse par semaine pendant deux ans, je suis complètement guéri. A présent, je réponds au téléphone même quand il ne sonne pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.