La philosophie de la maternité

Une mère de famille nombreuse explique à une jeune maman :
– On devient philosophe avec les années. Pour mon premier-né, dès qu’il éternuait deux fois de suite, j’appelais le pédiatre ! Quinze ans après, quand mon dixième enfant a avalé une pièce de deux euros, vous savez ce que je lui ai dit ? « Tant pis pour toi… c’est autant de moins que tu auras dans la tirelire ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.