L’ombre du cantonnier


La route sans arbres est noyée de soleil. Il fait une chaleur épouvantable. Un automobiliste arrête sa voiture près d’un ouvrier, appuyé sur sa pelle, et lui lance :
– Quel soleil ! Le travail est épuisant par cette chaleur-là ! Qu’est-ce que vous faites, vous ?

Alors le cantonnier, olympien, appuyé sur son manche de pelle :
– Vous ne le voyez pas ? Je fais de l’ombre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.