L’amant à la naphtaline


Un mari a découvert l’amant de sa femme, terrorisé, tout nu, au fond d’une penderie. Sans paraître le remarquer, il lance à la cantonade : – Dans une penderie, on range des vêtements, mais il faut toujours redouter les mites. C’est pourquoi, par précaution, on utilise de l’antimites. Chérie, passe-moi les deux gros paquets de boules de naphtaline que j’en truffe un vêtement de peau qui n’en a pas encore reçu.

Rate this post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.