L’agonie de l’éternel féminin

« Oh ! l’éternel féminin, comme disait le monsieur dont la femme n’en finissait pas de mourir. »

Oscar Wilde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.