Il était un petit navire

À bord de son bateau, un adepte de la pêche au gros lutte depuis plus d’un quart d’heure, avec un énorme thon qui se débat au bout de sa ligne.
– Allez, lui dit sa femme, laisse tomber cette sale bête et viens déjeuner : pour lui rabattre son caquet, j’ai ouvert une belle boîte de sardines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.