Et Verlaine pleure…

– Les sanglots longs des violons de l’automne blessent mon cœur d’une langueur monotone.
– Hein ?
– Il pleut, je me fais chier.
– Ha.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.