Des hommes et des vignes


Les hommes, c’est comme les grappes de vignes : c’est à nous les femmes qu’il revient de les fouler aux pieds, puis de les garder dans le noir jusqu’à ce qu’ils s’affinent en une chose avec laquelle on accepte de dîner.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.