Complexé chez le psychiatre


Ayant été pris dans un embouteillage, un individu complexé arrive avec trois minutes de retard chez le psychiatre.

« Il était temps », lui dit celui-ci, d’un air sévère, en lui montrant sa montre… « j’allais commencer sans vous ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.