Casse-croûte mortel sur un chantier

Ça se passe sur le chantier d’un immeuble en construction. Trois ouvriers, un français, un anglais (francophone) et un belge font la pause casse-croûte du midi tout en haut de l’immeuble.

L’anglais:
« Oh, incroyable ! Encore un sandwich au cheddar. Je vais vous dire un truc : Si ma femme me fait encore un sandwich au cheddar, demain, je me tue ».

Le français : [un peu interloqué]
« Oh.. merde, encore de la choucroute. »

L’anglais :
« Ben, c’est pas mal, ça change des sandwichs… »

Le français :
« Oui peut-être, mais tous les jours, c’est trop. Si demain j’ai encore le même menu, je te suis… »

Le belge :
« Hum. Moi j’ai encore eu du waterzoï. Je suppose que je vais me tuer si j’ai encore la même chose demain. »

Nous sommes le jour suivant, il est midi, et c’est encore la pause casse-croûte.

L’anglais:
« Damn it ! J’avais pourtant dit à mon idiote de femme de ne plus mettre de cheddar dans mes sandwichs. C’est décidé, cette fois-ci c’est la bonne ! » Et il saute.

Le français :
« Oh non !. Ma femme m’a encore fait de la choucroute ! Attend moi… »

Le belge : [très inquiet, il ouvre sa gamelle et…]
« Oh. Du waterzoï. En fait je ne veux pas mourir, mais une promesse est une promesse… »

A l’enterrement, les trois femmes discutent entre elles :

L’anglaise :
« Sigh, si seulement je ne lui avais pas fait de sandwich au cheddar, il serait encore avec nous. »

La française :
« Le mien aimait le thon Pourquoi ne lui ai-je pas préparé des sandwichs au thon… c’est ma faute… »

La belge :
« Je ne comprend pas. Il a toujours insisté pour faire lui-même ses propres sandwichs. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.