L’assurance des vœux

Les perles : les assurances

« Je profite de l’occasion pour vous adresser mes meilleurs vœux et vous souhaiter que moi et tous vos assurés passions une heureuse année sans accident d’aucune sorte ni maladie. »

Les vœux de nouvelle année

Je tiens à informer tous les amis qui m’ont envoyé des vœux de bonheur, santé et argent pour cette année que ça n’a pas marché !

Alors pour les vœux de l’année prochaine, envoyez-moi directement l’argent, j’accepte aussi les chèques et les espèces.

La paix au Moyen-Orient

Une femme se promène sur une plage et bute sur une vieille lampe. Elle se penche pour la prendre, la frotte et paf ! Un génie apparaît.

La femme, étonnée, demande alors au génie si elle pourrait faire les trois vœux classiques.
– Non, répond le génie, accorder trois vœux, en ces temps-ci, c’est très, très difficile ; il y a l’inflation, le chômage qui n’arrête pas de croître, les salaires minables, la situation politique, le prix élevé du pétrole ; donc, tout ce que je pourrai concéder, ce sera un seul et unique vœu. Alors, dis-moi, que désires-tu ?

La femme répond :
– La paix au Moyen-Orient.
– Quoi ? Dit le génie, ébahi.
– Tu vois cette carte, dit la femme, bon, ben je veux que dans ces pays-là, les gens arrêtent de se taper dessus à tout bout de champ.

Le génie regarde la carte et dit :
– Mais ça fait des lustres qu’il y a la guerre là-bas. Je fais du bon boulot, mais quand même… Pas bon au point de pouvoir exaucer ce genre de vœu. Demande-moi quelque chose de plus simple.

La femme réfléchit un instant et déclare :
– D’accord ! Pour être honnête, je n’ai jamais réussi à trouver l’homme idéal. Alors je veux un homme qui soit beau, fort, cultivé, intelligent, attentionné et drôle, qui aime cuisiner et faire le ménage, qui soit une bête au lit, qui s’entende avec ma famille, qui ne passe pas toute la journée à regarder du sport à la télé et qui me soit fidèle à vie.

Le génie laisse échapper un profond soupir :
– Allez, redonnes-moi cette putain de carte du Moyen-Orient…

La recopie des vœux du monastère

Un jeune novice arrive au monastère. La tâche qui lui est assignée est d’aider les autres moines à recopier les anciens canons et règles de l’église. Il remarque que ces moines effectuent leur travail à partir de copies et non des manuscrits originaux. Il va voir le père abbé, lui faisant remarquer que si quelqu’un a fait une petite erreur dans la première copie, elle va se propager dans toutes les copies ultérieures.

Le père abbé lui répond :
« Cela fait des siècles que nous procédons ainsi, que nous copions à partir de la copie précédente, mais ta remarque est bonne, mon fils. »

Le lendemain matin, le père abbé descend dans les profondeurs du sous-sol du monastère, dans une cave voûtée où sont précieusement conservés les manuscrits et parchemins originaux. Cela fait des siècles que personne n’y a mis les pieds et que les scellés des coffres sont intacts. Il y passe la journée toute entière, puis la soirée, puis la nuit, sans donner signe de vie. Les heures passent et l’inquiétude grandit.

A tel point que le jeune novice se décide à aller voir ce qui se passe. Il descend et trouve le père abbé complètement hagard, les vêtements déchirés, le front ensanglanté, se cognant sans relâche la tête contre le mur de pierres vénérables.

Le jeune moine se précipite et demande :
– Père abbé, que se passe-t-il donc ?
– C’est pas chasteté, c’est charité !

Le souhait du big boss

Un responsable design, un responsable marketing et le big boss d’une entreprise sont en route pour une réunion.

En traversant un parc, ils trouvent une lampe à huile antique. Ils la frottent pour la dépoussiérer et soudain un génie apparaît.

Le génie dit : « Normalement je laisse faire 3 vœux, vous en aurez donc un chacun. »

Le responsable design : « Moi d’abord, moi d’abord !!!! » Et il exprime son vœu : « Je voudrais être aux Caraïbes, entouré des plus belles filles du monde et une source inépuisable de cocktails exotiques. »

Et pouffff, le voilà parti.

« Maintenant à moi, à moi !! », s’écrie le responsable marketing : « Je voudrais être aux Bahamas, au volant d’un bateau moteur ultra-rapide, sans aucun souci. »

Et pouffff, le voilà parti.

« A votre tour ! » dit le génie au big boss.

Le big boss : « Je veux voir ces deux crétins de retour au boulot après le déjeuner… »