Le vieux qui perdait l’audition

Un petit vieux qui commence à être sourd consulte le spécialiste pour voir s’il y a moyen d’améliorer son sort :
– Docteur, j’ai des problèmes d’audition !

L’O.R.L. répond :
– D’accord. Eh bien, on va vérifier cela. Je vais d’abord prendre mon otoscope et vérifier l’état de votre tympan.

Le doc essaie d’introduire son machin, mais il bute contre quelque chose :
– Tiens tiens… Un corps étranger.

Il prend ensuite sa pince, et qu’est-ce qu’il extrait de l’oreille ? Un SUPPOSITOIRE !

Le petit vieux regarde le truc au bout de la pince et dit au médecin :
– Docteur, est-ce que je peux donner un coup de téléphone ? Il faut que je prévienne ma femme que je sais où j’ai mis mon sonotone…

Le viagra pour les vieux

Un petit vieux se présente à la pharmacie :
– Bonjour madame, je voudrais du Viagra…
– Oui monsieur, combien en voulez-vous ?
– Oh, très peu, 5 ou 6 comprimés suffiront parce que je vais les couper en 4.
– Heu… Si je peux me permettre monsieur, j’ai bien peur qu’une si petite dose soit insuffisante pour maintenir une raideur acceptable durant assez longtemps…
– Oh là, je vous arrête ! Ça n’a rien à voir avec le sexe ! Moi, j’ai plus de 80 ans et tout ce que je veux, c’est arriver à pisser suffisamment loin pour ne pas mouiller mes pantoufles !

Le vieux Président

Les perles : la police

Un pensionnaire d’une maison de retraite annonce qu’il vient d’être élu président de la République. Il souhaite qu’un véhicule de la gendarmerie le conduise à l’Élysée où il doit être reçu. Le nouveau « chef de l’État » précise aussi qu’il a reçu des menaces de mort. Le lendemain, il annonce au Centre d’Opération de la Gendarmerie que finalement il ne se rendra pas à l’Élysée, la fonction ne l’intéresse plus !

Une mémorable demande en mariage

La vieille Madame Martin, la veuve du notaire, se fait draguer depuis au moins 5 ans par Monsieur Durand, un ancien colonel de l’armée, veuf lui aussi…

Au cours d’un repas au restaurant, le Colonel a demandé à Madame Veuve Martin si elle voulait bien l’épouser. Immédiatement, elle a répondu « Oui ».

Le lendemain matin, lorsque le Colonel se réveille (ils ont encore dormi chacun de leur côté), il ne parvient pas à se souvenir de ce que lui a répondu madame Martin !
« Était-elle heureuse ? Heu, je pense que oui, attend, non, elle m’a regardé bizarrement… »

Et toute la matinée, le Colonel essaie de se rappeler, mais rien à faire. Alors, n’y tenant plus, il prend son téléphone et l’appelle.

Un peu embarrassé, il finit par lui avouer qu’il ne se souvient plus de sa réponse à la proposition de mariage.
– Oh, lui répond-elle, je suis bien contente que vous appeliez : je me souvenais d’avoir dit « Oui » à quelqu’un, mais je ne savais plus qui c’était.

Le secret du bonheur conjugal

Deux anciens fêtent leurs noces d’or (cinquantième anniversaire de mariage). Les enfants, les petits enfants et les arrière-petits-enfants sont tous là et même le journal local a été convié pour immortaliser l’événement.

Pendant que tout le monde trinque, le journaliste pose quelques questions au papi :
– Alors Monsieur, d’après vous, quel est le secret de votre bonheur conjugal ? demande-t-il.
– Ah le secret ? répond le papi. C’est simple : le jour de nos noces, nous nous sommes mutuellement fait une promesse, ma femme et moi. On s’est mis d’accord qu’à chaque fois que nous ne serions pas d’accord à propos de quelque chose, celui des deux qui manifestement avait tort, devrait sortir de la maison et prendre l’air… Eh bien, vous le croirez ou non, ça fait cinquante ans que je vis dehors.