blague sur les vieilles filles

Les vieilles filles au cinéma

Deux vieilles filles bavardent :
– Hier soir, dit l’une, j’étais au cinéma. Eh bien, vous me croirez si vous voulez, mais j’ai été obligée de changer sept fois de place.
– Pourquoi, demande l’autre. Un homme vous a poursuivi de ses assiduités ?

Alors, la première, radieuse :
– Finalement, oui !

C’est qui le plus méchant ?

Le téléphone sonne à la gendarmerie. Le brigadier décroche. Au bout du fil, il y a une vieille fille qui habite à l’entrée du village.
– Venez-vite ! demande-t-elle, c’est affreux ! Le facteur veut tuer mon chien !

Le brigadier tente de la calmer :
– Voyons, c’est impossible. Le facteur est un brave homme qui aime les animaux.
– Un brave homme ? Eh bien, venez donc le voir perché sur la branche du pommier, rouge de colère et criant à mon chien, qui est au pied de l’arbre avec un morceau de son pantalon entre les dents : « J’aurai ta peau, sale bête ! ».

It’s tea time…

Deux sœurs, deux vieilles filles, vivaient ensemble depuis bien des années, et le temps semblait avoir accru leur affection mutuelle. Mais un jour, Marie-Anne, l’aînée, mourut au bel âge de 95 ans. Le médecin à qui incombait la tâche d’apprendre la nouvelle à Anastasie redoutait que l’émotion ne lui soit fatale. Mais la cadette prit fort bien la chose.
– Que la volonté de Dieu soit faite ! dit-elle. Maintenant, je vais pouvoir préparer le thé à ma manière.

Bonne, mais qu’à l’école

C’est Nini, la sœur de Toto qui a des problèmes avec son institutrice, une vieille fille qui a tout de la pimbêche.
« Alors Nini, tes résultats sont lamentables » lui dit la maîtresse. « Je vais te donner ce mot pour ta maman. Là-dessus, je lui écris que compte tenu des difficultés que tu éprouves en classe, il serait tout à fait indiqué que tu suives des leçons particulières. »

Nini rentre chez elle et donne le mot à sa maman. Le lendemain matin, lorsque les enfants entrent dans la classe, l’institutrice interroge la petite fille :
« Alors Nini, tu as donné mon mot à ta maman ? Qu’est-ce qu’elle t’a dit ? »

Sans se démonter, la petite répond :
« Maman a dit que quand elle était petite, elle aussi était nulle à l’école, et ça ne l’a pas empêché d’épouser un polytechnicien. Elle a aussi dit que sa sœur n’était pas meilleure qu’elle et qu’elle est quand même mariée avec le préfet. Et elle a ajouté que vous par contre, vous étiez certainement très bonne à l’école, et que pourtant vous étiez toujours vieille fille. »

Le mari parfait

Une vieille fille entre dans une agence matrimoniale et dit :
– Je cherche un mari agréable, comme il faut, vertueux, qui puisse aussi bien chanter que raconter des histoires, mais je veux qu’il reste à la maison et qu’il ferme sa gueule s’il commence à me fatiguer.
– Je vois ce qu’il vous faut, mais vous devez vous être trompé de boutique : allez voir 100 mètres à droite, il y a un magasin de télévision…