Libération anticipée

Tu es idiot ou quoi ? dit un prisonnier à un autre. Pourquoi as-tu sauvagement frappé ce maton ? Ça va te valoir une peine supplémentaire de deux ans.
– Je l’ai fait exprès, normalement j’aurais dû être libéré dans un an, mais c’est toi-même qui m’as dit qu’il fallait bien compter trois ans pour venir à bout du tunnel que nous avons commencé de creuser afin de nous évader.

Survivre au tunnel

Petit problème de logique :

Tu rêves que tu marches dans un tunnel, au bout d’un moment, tu trouves un pistolet. Un peu plus loin, tu trouves un chargeur avec 5 balles de pistolet dedans. Un peu plus loin tu te retrouves dans une arène où il y a 6 tigres.

Comment fais-tu pour survivre ?

REPONSE :

Tu te réveilles puisque tu rêves…

Le tunnel de la prostituée

C’est l’histoire de cette prostituée qu’on avait surnommée « Le Tunnel » en raison de son appareil génital qui, à force de passes, tenait plus du hall de gare que du petit nid douillet.

Ayant raccroché, cette fille sympathise, un soir en boite de nuit, avec un jeune Belge de passage à Paris. Et, ils se plaisent tellement que le jeune homme la ramène chez lui, à Bruxelles, en lui promettant de l’épouser.

Et, dès la semaine suivante, l’union des deux jeunes gens est célébrée par le bourgmestre dans une stricte intimité.

La nuit de noces approchant, ne voulant pas que son époux imagine trop de choses désagréables en lui faisant l’amour, notre ex-prostitué lui sert un bon gros mensonge préventif :
– Tu sais, quand j’étais gamine, je me coincé la choupinette en enjambant une clôture de fil barbelé. Donc, ne n’étonne pas trop si tu me trouve… Comment dire ???… Si tu me trouve un peu large… D’accord mon chéri ?…

Et la nuit de noces se passe… Sans utiliser aucun lubrifiant, cela va sans dire…

Au matin, le jeune marié apporte à sa nouvelle épouse les croissants au lit et lui demande :
– Chérie, que tu te sois coincé la choupinette dans du barbelé, OK… Mais ce que j’aimerais bien savoir, c’est combien de mètres tu as fait avant de t’en rendre compte ?

Le tunnel de la claque

Un Anglais, un Français et une très jolie Suédoise étaient ensemble dans un train qui entra soudain dans un long tunnel, laissant les voyageurs dans une obscurité totale pour plusieurs secondes.

Dans le noir complet, on entendit alors dans le compartiment le son d’un gros bisou, suivi d’une claque violente.

Lorsque le train sortit finalement du tunnel, le Français et la jeune Suédoise étaient assis comme si rien ne s’était passé. En revanche, l’Anglais plaintif se tenait la joue. Apparemment, c’était lui qui avait pris la grande claque dans la figure.

La jeune Suédoise songea à ce qui avait pu se passer : l’Anglais a dû essayer de m’embrasser dans l’obscurité mais il s’est trompé et a embrassé le Français qui lui a retourné une grande claque…

L’Anglais pensait aussi : Le Français a dû essayer d’embrasser la fille. En voulant lui donner une claque, elle l’a raté et m’a malheureusement frappé.

De son côté, le Français se disait : Quelle rigolade ! Au prochain tunnel, je refais le bruit du baiser et je donne une autre claque à cet Anglais !