Les couilles de l’inspectrice

Un maître-chien fait équipe avec une jeune inspectrice.

Leur mission du jour est de patrouiller dans le quartier chaud de la ville en compagnie de Rintintin, le berger allemand. Ils se baladent depuis quelques minutes, lorsque l’inspectrice dit :
« Ah ça m’embête tu sais, j’étais à la bourre ce matin, et j’ai oublié de prendre des serviettes périodiques. Le problème, c’est que les anglais ne vont pas tarder à débarquer et j’aimerais autant pas que ça soit sur mon pantalon ! On va devoir retourner au poste, pour que je les prenne au vestiaire ! »

Le maître-chien répond :
« Bah, inutile de retourner au poste. Tu n’as qu’à te laisser sniffer par Rintintin et tu vas voir, dans dix minutes, il est de retour avec ta boite de Vania. »

L’inspectrice se met à rigoler de la proposition saugrenue, et elle se laisse convaincre. Le maître-chien prend alors Rintintin par le collier et lui fait sniffer l’entrejambe de l’inspectrice. Le berger allemand colle sa truffe contre le pantalon, sniffant les odeurs et reniflant bruyamment, puis, une dizaine de secondes plus tard, ses oreilles se redressent, il place sa truffe dans le vent, et en un éclair, il file seul vers le poste de police.

Cinq minutes plus tard, pas de Rintintin… Dix minutes plus tard, toujours pas de Rintintin…

Quinze minutes plus tard, les deux policiers commencent à paniquer. Ils se disent qu’ils ont fait une grosse connerie, surtout lorsqu’ils entendent des sirènes de police qui semblent se rapprocher ?

Les sirènes sont maintenant à deux pâtés de maison, et voici soudain Rintintin qui arrive en courant, suivi de près par douze voitures de police ! Rintintin tient quelque chose dans la gueule ; mais ce ne sont pas les Vania de l’inspectrice, non, non : ce sont les couilles du commissaire !

Le langage de Melon et Melèche

Melon et Melèche jouent à l’argot :
Melon dit « les couilles » et Melèche « les burnes ».

La dégringolade des couilles

Quelle est la différence entre une dégringolade du CAC 40 et un coup de pied dans les couilles ?

Aucune : dans les deux cas, les bourses sont douloureuses.

Les couilles de la souris

Les perles : l’informatique

Le client à la hotline :
« – Bonjour monsieur, vous êtes mon dernier espoir, je ne sais plus quoi faire.
– Je vous écoute.
– Eh bien voilà, je suis embêté, y a un collègue qui m’a fait une blague (petit rire nerveux). Lorsque je clique sur quelque chose, y a une souris avec une paire de couilles énormes qui apparaît à l’écran.
– … (commence à rigoler).
– Et quand j’essaie de cliquer dessus (se marre), cette conne de souris soulève ses couilles et se barre. (les deux commencent franchement à rire) Le pire, c’est que mon patron revient demain de vacances et il va passer dans mon bureau. Quand il verra une souris avec des couilles énormes qui se barre quand je veux cliquer dessus, il va gueuler, ce con ! (Et là, les deux hurlent de rire). »

Qui casse paye

Une fille, un gars :
– Moi, j’ai été élevé comme ça, ce que je casse, je le paie !
– Tu peux me payer une paire de couilles ?