Le jeu du chat et de la souris

Un chat demande à une souris de sortir de son trou pour jouer.
– Si je sors, tu devras t’attacher les pattes et mettre un bâillon sur ton museau, répond la souris.

Le chat s’attache les pattes et se bâillonne.
– Pourquoi tu rigoles ? demande le chat au travers du bâillon.
– Parce que c’est la première fois que je vais manger du chat !

Les goûts des souris

Deux petites souris dévorent les pellicules d’un film. L’une demande à l’autre :
– Alors, comment tu trouves ?
– Bof ! J’ai préféré le livre.

Le curseur immobile

Les perles : l’informatique

Le client à la hotline au client :
« – Ben non, mon curseur bouge pas.
– Comment tenez-vous la souris, monsieur ?
– Bah, avec la main gauche.
– Elle est posée sur quoi ?
– Ah bon, il faut la poser ? »

À la recherche de la souris perdue

Les perles : l’informatique

La hotline au client :
« – Cliquez sur « Poste de travail » avec le bouton droit.
– Comment je fais ?
– Avec la souris !
– C’est quoi ?
(Le technicien arrive enfin à lui apprendre ce qu’est une souris, le client voit vaguement de quoi il s’agit.)
– Elle ressemble à quoi votre souris ?
– À un haricot.
– Y a des boutons dessus, trouvez-les.
– Non, y a pas de boutons, y a seulement des carrés.
– (Qui s’énerve.) Ben, c’est ça les boutons ! »

Les couilles de la souris

Les perles : l’informatique

Le client à la hotline :
« – Bonjour monsieur, vous êtes mon dernier espoir, je ne sais plus quoi faire.
– Je vous écoute.
– Eh bien voilà, je suis embêté, y a un collègue qui m’a fait une blague (petit rire nerveux). Lorsque je clique sur quelque chose, y a une souris avec une paire de couilles énormes qui apparaît à l’écran.
– … (commence à rigoler).
– Et quand j’essaie de cliquer dessus (se marre), cette conne de souris soulève ses couilles et se barre. (les deux commencent franchement à rire) Le pire, c’est que mon patron revient demain de vacances et il va passer dans mon bureau. Quand il verra une souris avec des couilles énormes qui se barre quand je veux cliquer dessus, il va gueuler, ce con ! (Et là, les deux hurlent de rire). »