Économie de baleine

Dans un drugstore, aux États-Unis, on affiche : « Ici on trouve tous les sandwichs ». Un client vicieux commande un sandwich à la baleine. Le garçon transmet la commande et l’on entend, des cuisines, une voix annoncer :
– Dis à ton client qu’on ne va pas entamer une baleine pour un sandwich !

Fumé le jambon…

Deux amis se retrouvent après s’être longtemps perdus de vue.
– Qu’est-ce que tu fais, maintenant, comme boulot ? demande le premier.
– Je fabrique des feuilles de papier à cigarette.
– Tu as toujours fait ça ?
– Non, mais j’y étais bien préparé. Pendant cinq ans, c’est moi qui coupais les tranches de jambon pour mettre dans des sandwichs.

Le produit de la chasse

Alors qu’ils arpentent la campagne depuis l’aube sans avoir aperçu le moindre lapin, sur les coups de midi, deux chasseurs font une pause.

Le premier fait à l’autre :
– On était bien d’accord pour ne manger qu’une chose sur laquelle on aurait tiré.
– En effet… C’est ce qu’on a dit…
– Bon. Passe-moi les sandwichs. Je vais leur tirer dessus !

La branlette du chef

C’est un gars qui rentre dans un bar sur le bord d’une nationale, et qui voit à l’entrée le panneau suivant :

  • Sandwich au fromage : 5 €
  • Sandwich au poulet : 6 €
  • Sandwich au thon mayonnaise : 7 €
  • Branlette du chef : 25 €

Il s’avance dans la salle, et il se rend compte qu’il y a pour le servir trois adorables barmaids derrière le zinc. S’adressant à un des jeunes filles, il demande :
– Vous êtes celle qui fait les branlettes du chef ?

Elle répond avec un sourire :
– Oui oui, c’est bien moi !

Alors le gars lui dit :
– Très bien. Alors allez vous laver les mains et faites-moi un sandwich au thon mayonnaise.

Faut préciser…

Dans une sandwicherie de la capitale :
– Bonjour. Donnez-moi 2 sandwiches au jambon, dont un sans moutarde.
– Bien sûr monsieur. Lequel sans moutarde ?