blague sur les révisions

Quand une blonde passe le permis

Un père de famille voit sa blondinette de fille rentrer de son cours d’auto-école avec un air préoccupé. Après un vague bonsoir, elle grimpe à toute allure s’enfermer dans sa chambre.

Intrigué par son comportement, le père suit peu après, colle son oreille à la porte et entend de bien curieux bruits : un « brrrr » qui monte et descend la gamme, un occasionnel « clic-clac, clic-clac » et autres bizarreries sonores. Réellement inquiet cette fois, il pousse la porte et voit sa progéniture assise bien droite, une de ses cravates en travers du torse et les bras tendus à l’horizontale.
– Peut-on savoir ce qui se passe, un malaise, une répétition théâtrale, du surmenage peut-être ?
– Tu es bête, c’est la conduite, ça ne se passe pas bien fort, alors je fais des devoirs à la maison !

La réhabilitation de Ranucci

Les perles : la justice

« Réhabilitez-moi ! » lance dès potron-minet Christian Ranucci à ses avocats, au pied de la guillotine, le 28 janvier 1976, dans la cour de la prison des Baumettes. Deux petits mots qui phagocyteront la chronique judiciaire. Depuis cette date, de contre-enquêtes en demandes de révision du procès, la culpabilité de l’assassin de Maria-Dolorès Rambla, cette petite fille de huit ans, n’a cessé d’être remise en cause. Christian Ranucci sera l’avant-dernier guillotiné de l’histoire de France.