Un enfant à l’amiable

Les perles : la police

La brigade de Cernay (Haut- Rhin) a reçu un appel téléphonique surprenant : un jeune garçon, furieux, signale que son père lui a « volé » 12 francs, placés dans sa tirelire. Pour le rassurer, le planton demande à s’entretenir avec le « voleur » qui reconnaît spontanément les faits. Déclarant avoir puni son fils qui avait prononcé des « gros mots », il espère bénéficier de circonstances atténuantes. L’enfant, âgé de six ans, souhaite un arrangement à l’amiable !

La punition du curé golfeur

Le père Martin est un curé très « nouvelle vague ». Diplômé de sociologie avant d’avoir fait ses études de théologie, il est aussi golfeur impénitent.

Aussi, un dimanche matin du mois de mai, alors que le soleil dardait ses rayons de façon arrogante, le père Martin décida qu’il irait jouer au golf aujourd’hui !

Ça tombait plutôt bien, puisqu’un jeune futur curé qui finissait son cursus au séminaire était là pour un stage. Alors il dit à son stagiaire qu’il se sent patraque et incapable de dire la messe, et l’encourage très fortement à le remplacer.

Puis, le père Martin prend ses clubs et ses claques et fonce en direction du terrain de golf (situé à plus de 50 km, ce qui lui évitait le stress de rencontrer quelqu’un de la paroisse).

Alors que le curé est sur le green (désert en ce dimanche matin), en train de poser son premier tee, Saint Pierre qui observait ça du coin de son œil céleste se tourne vers Dieu et lui dit :
– Seigneur, vous n’allez tout de même pas le laisser continuer comme ça ?

Alors Dieu qui regardait lui aussi tout ça avec amusement répond :
– Non, non. Rassure-toi.

Au même moment, le père Martin frappe la balle grâce à un formidable swing. La balle s’élève directement dans la direction du deuxième trou… et vient retomber directement dans le trou ! Un trou en un de 400 mètres !

Saint-Pierre est super étonné :
– Mais pourquoi lui avoir permis de réussir un tel coup ?

Et en souriant Dieu répond :
– À qui va-t-il pouvoir en parler ?

La revue sadomaso

Un matin que maman passait l’aspirateur dans la chambre de son fils Maxime âgé de 15 ans, elle tomba sur « S&M fashion – Le magazine des Sado-Maso », voué à la gloire du bondage et du latex.

Surprise et passablement en colère de voir son fils s’adonner à de telles turpitudes, elle met la revue sous le nez de son mari dès qu’il rentre en hurlant :
– Tiens ! Regarde ce que j’ai trouvé dans la chambre de ton fils !!!

Le gars prend la revue, la parcourt silencieusement une minute, puis il la rend à sa femme. Celle-ci le regarde étonnée et lui demande :
– Alors, qu’est-ce qu’on va faire ?

Et le père de répondre tranquillement :
– Je ne sais pas, mais il y a une chose qui est sûre : c’est pas la peine de lui donner une fessée…

Les bouteilles volées

Fernand va se confesser :
– Mon père, avoue-t-il d’un air contrit, tout à l’heure en venant à l’église, je suis passé devant chez Emile, la porte de sa cave était ouverte… il n’y avait personne, alors je suis descendu et j’ai bu quelques bouteilles.
– C’est très mal, mon fils ! s’exclame le prêtre, et combien en as-tu bu ?

Le gars Fernand fait un rapide calcul :
– Trois, mon père, mais pendant que vous y êtes, punissez-moi pour six, des fois que l’Emile ne soit pas encore rentré quand je repasserai devant chez lui.