blague sur les poètes

C’est en poètant…

– Pourquoi, demande-t-on à un poète, as-tu laissé tomber cette fille charmante qu’est Sarah pour vivre avec cette mocheté de Paulette ?
– Quand je voulais écrire un poème pour vanter les charmes de Sarah, je ne trouvais guère comme rimes à son prénom que « Sahara » et « ça ira ». Alors qu’avec Paulette, je n’ai que l’embarras du choix. « Belle fillette, violette, pot de rillettes, jolies gambettes, paire de chaussettes… »

Il perd pas le nord

Le petit Toto dit à ses parents :
– Je voudrais que toi, papa, tu possèdes autant de billets de 100 euros qu’il y a de feuilles aux arbres, et toi, maman, autant de pièces d’or qu’il y a de gouttes de pluie dans un nuage !

Extasiés, les parents ne sont pas loin de penser qu’ils ont donné naissance à un petit poète prodigue lorsque Toto ajoute :
– C’est que je suis votre seul héritier, moi !

Le travail poétique

Un célèbre poète a été invité à dîner chez des amis par une belle journée d’été. Le repas terminé, tout le monde se rend sur la terrasse.
– Oh ! S’exclame la maîtresse de maison, ce coucher de soleil n’est-il pas merveilleux ? Qu’en dites-vous, cher ami ?
– Je regrette, répond le poète, mais je ne parle jamais boulot en dehors de mon cabinet de travail.