blague sur les pédés

L’ivrogne dans le bus

Un ivrogne bien imbibé monte dans un bus, s’installe et se met à crier :
– Tous les types qui sont derrière sont des pédés, ceux qui sont à côté des cocus et ceux qui sont devant sont des connards !

Le chauffeur, entendant ça, indigné, freine brusquement et arrête le bus. Tous les passagers sont déséquilibrés et manquent de se casser la figure.

Il attrape alors l’ivrogne et lui demande d’un ton menaçant :
– Répète un peu… C’est qui les pédés, les cocus et les connards ?

L’ivrogne répond :
– Qu’est-ce que j’en sais moi maintenant… Avec ton freinage à la con, tu les as tous mélangés !

Le couple impérial revisité

Aux admissions de l’Hôpital Sainte-Anne, le médecin-chef interroge un nouvel arrivant.
– Alors, cher monsieur, qu’est-ce qui motive votre internement dans notre bel hôpital psychiatrique ? Quel est votre problème ?
– Mais je n’ai aucun problème ! répond le patient, je suis Napoléon Bonaparte et je n’ai aucune raison d’être retenu ici contre ma volonté.

Le médecin semble songeur un moment, puis il reprend la parole :
– Je vois cependant un grave paradoxe dans ce que vous me dites : nous avons déjà ici même un Napoléon Bonaparte !
– C’est un IMPOSTEUR ! crie le fou. Présentez-le moi et la vérité surgira !

Le médecin se lève et dit :
– Vous avez raison, le mieux est de vous confronter l’un l’autre. Suivez-moi, je vais vous amener à sa chambre…

Et les deux hommes se rendent dans la chambre du premier Napoléon. Dès leur mise en présence, le ton monte. Le nouveau s’énerve :
– Imposteur ! C’est moi le véritable Napoléon Bonaparte !
– Pas du tout, répond l’autre, je suis le seul et unique Napoléon.

Le médecin les prie de se taire et leur dit :
– Voici ce que je vais faire : je vous laisse ensemble pour la nuit, et je reviendrais demain matin. La nuit portant conseil, je pense que la situation sera plus claire d’ici douze heures.

Le lendemain matin, le médecin-chef ouvre la porte de la chambre :
– Alors, ça y est. Les choses sont rentrées dans l’ordre ?
– Oui parfaitement, dit le nouveau. C’est moi le seul et unique Napoléon.

Le médecin se tourne vers l’ancien pensionnaire…
– Oui, répond-t-il d’une voix timide, il a raison, c’est bien lui Napoléon.
– Ah bon, fait le médecin dubitatif, mais alors si vous n’êtes pas Napoléon, qui êtes-vous ?

Alors l’ancien se met à rougir et avoue :
– Moi ? Eh bien, je suis Joséphine…

Le vampire homosexuel

En pleine nuit, un type tombe nez à nez avec un vampire… qui lui dit d’une voix sinistre : « T’as de la chance, ce soir, je suis de bonne humeur… Ou je te saigne, ou je t’enfile ! »

Le type se laisse enfiler. Mais le vampire s’énerve :
– Tu pourrais y mettre un peu du tien !
– Ben oui, mais j’suis pas pédé !
– Et moi, tu crois que je suis un vampire ?

La logique à l’école

C’est deux mecs qui discutent pendant une pause au travail :
– Alors ça va la famille ?
– Oui mon fils a des cours de logique à l’école, c’est captivant !
– Ah ? Comment ça ?
– Bon, par exemple, tu as un aquarium chez toi ?
– Oui.
– Bon, si tu as un aquarium c’est que tu aimes les animaux…
– Ça me parait évident !
– Si tu aimes les animaux, tu aimes les hommes !
– Cela va de soit.
– Si tu aimes les hommes, tu aimes les femmes…
– Oui !
– Si tu aimes les femmes t’es pas PD ! C’est ça la logique.
– Wow ! Dit donc c’est vrai que c’est bien comme truc.

Les deux amis se sépare, le second tout content d’avoir appris quelque chose va voir un autre collègue :
– Hep, Bob, tu savais que le fils de Maurice faisait de la logique ?
– De la logique ? C’est quoi ?
– Bah, par exemple t’as un aquarium ?
– Euh, non…
– Alors c’est que t’es PD !