Pas de bol le chat

Un grand antiquaire arrive dans une ferme et voit un petit chat qui boit son lait dans une écuelle qu’il identifie comme datant de l’époque romaine. Cachant du mieux possible son enthousiasme, il dit au paysan :
– Ma femme a toujours eu envie d’avoir un chat. Si vous voulez vous débarrasser de celui-là, je vous l’achète…
– Pourquoi pas ? répond le fermier. Si vous me donnez cent cinquante euros, il est à vous.
– Marché conclu ! dit l’antiquaire.

Il sort et ajoute nonchalamment :
– Pour qu’il ne soit pas dépaysé, je vais emmener son bol…
– Ah non ! fait le fermier, le bol, vous le laissez ici. Depuis le début de l’année, il m’a déjà fait vendre quinze chats.

La vache au taureau

À la campagne, un paysan rencontre un enfant qui tire une vache, et lui demande où il va :
– J’emmène la vache au taureau, répond l’enfant.
– Ben… C’est pas ton père qui fait ça ?
– Si, si, très souvent, mais la vache préfère le taureau…

Scathophaga stercoraria

Le père Marcel vient d’enterrer son épouse, qui avait la réputation d’avoir l’haleine la plus nauséabonde de la région, la faute à ses chicots et à sa gingivite chronique.

Pour lui remonter le moral, son copain Gaston est venu déjeuner avec lui. Après manger, dans la chaleur accablante d’un mois d’août caniculaire, les deux papis s’apprêtent à piquer une petite sieste sous le pommier du jardin.

Mais le pauvre père Marcel ne parvient pas à s’endormir : il est sans cesse importuné par une nuée de mouches qui vient lui tournoyer autour du visage.

Gaston, compatissant, lui dit alors :
– Tu la regrettes, hein ?

8 mars 2019 – Bagarres dans nos campagnes !

dessin d'actualité humoristique sur les méthodes agricoles
8 mars 2019 – Bagarres dans nos campagnes !

Paysans : « – Pollueur assassin !
– Intégriste écolo ! »
(caricature de paysans)

L’amour des truies

C’est l’printemps. Les oiseaux chantent, les plantes sortent de terre et dans la ferme, les animaux semblent tous être en rut.

Rendant visite à son compère le Louis, le père Adolphe est intrigué par ce qu’il entend dans l’étable. On dirait qu’on est en train de tuer un cochon tant ça pousse des cris pas possibles : GRUIK GRUIK GRUIK !!!

Adolphe rentre dans l’étable et voit le Louis, le pantalon sur les chevilles ! Il est en train d’essayer de retourner la truie et « de s’la faire », mais elle ne veut pas, l’animale !

En rigolant du spectacle, le Louis il dit :
– Ho là Adolphe, mais qu’êk tu fais ?! Pourquoi donc tu veux la r’tourner ? Fais donc ça par derrière comme tout l’monde !

Et le Louis il répond :
– Eh, c’est qu’moi, j’aime bien embrasser en même temps !