Comment passer un câble

Un homme regarde deux ouvriers au fond d’une tranchée, essayant de passer un câble dans une gaine enterrée. Des heures qu’ils transpirent en vain. L’homme les interpelle :
– Vous n’auriez pas un rat, un chat et une ficelle par hasard ?

Interloqués, les ouvriers se demandent si cet homme à toute sa tête. Pourtant, ce dernier ajoute :
– Si c’était le cas, votre problème serait résolu. Vous attachez la ficelle au collier du chat, vous mettez le rat dans le tuyau, puis le chat derrière le rat et vous n’avez plus qu’à attendre à la sortie !

Encore la lutte des classes

Au moment du feu vert, une superbe Rolls conduite par un monumental chauffeur est gênée par une voiture à bras, tramée par un gaillard à casquette qui remorque à grand peine son chargement de vieille ferraille sur laquelle trône, cigarette aux lèvres, un ouvrier flegmatique.
– Va donc, eh, feignant ! lance le gars qui traîne la charrette.
– Comment ? fait le chauffeur qui descend, menaçant, de sa voiture.

À ce moment, la vitre arrière de la Rolls s’abaisse et apparaît le visage d’une vieille dame nantie d’un face-à-main.
– Voyons, dit-elle, qu’est-ce donc, Jean ?

Alors, du haut de son tas de ferraille, le flegmatique ouvrier ouvre la bouche :
– Ce n’est rien, madame, ce sont nos gens qui ont des mots !

Sec à point

Un clochard s’approche d’un peintre qui est en train de repeindre un banc de l’avenue des Champs-Élysées à Paris.
– Vous croyez que ce sera sec pour ce soir, 9 heures ?
– Je pense que oui. Pourquoi ? s’étonne l’ouvrier.
– Parce que, ce soir, j’ai l’intention de me coucher de bonne heure.