blague sur les morpions

La vulgarité des jeux de grattage

Au bureau de tabac du coin, une jeune et jolie buraliste vient de s’installer pour la première fois derrière son comptoir.

Quand se présente un type gros et adipeux qui soudain, devant elle, lève les mains en l’air en faisant semblant de palper de l’argent puis redescend ces mains pour se gratter les parties pour finir les mains en bas en simulant une masturbation. La jeune fille, surprise et courroucée, l’engueule :
– Mais enfin ! Ça va pas ? Qu’est-ce que vous voulez ? Espèce de pervers !

Le gros type se réexécute toujours sans un mot : il lève les mains en l’air en faisant semblant de palper de l’argent puis redescend ces mains pour se gratter les parties pour finir les mains en bas en simulant une masturbation.

Cette fois c’en est trop pour la jeune fille qui, outragée, part en courant voir son patron :
– Ecoutez, venez voir mais il y a un gros type obscène qui fait plein de geste dégoutant devant moi !

Et le patron, en voyant le type lui répond :
– Ne vous en faites pas ! C’est Robert, un sourd-muet. Il veut juste un Millionnaire, deux Morpions et un Solitaire…

Charles Bronson, Liz Taylor et les morpions

C’est un morpion qui va au syndicat des morpions se plaindre parce que il s’emmerde… Alors on lui dit :
– Écoute, on va te mettre dans la moustache à Charles Bronson, ok ?
– Ok.

Alors il y va, et il revient deux jours après :
– Non ça me plaît pas, il est trop propre, il s’essuie la moustache tout le temps, il met rien dedans, ça m’intéresse pas.
– Ok, alors on t’envoie dans la chatte à Liz Taylor, ok ?
– Ok.

Alors il y va mais il revient encore deux jours après.
– Alors, c’était pas bien ?
– Si, mais au bout de deux jours, je me suis retrouvé dans la moustache à Charles Bronson…