Une histoire de Playmobil

dessin de Cops sur les Playmobil et les plaies mobiles
Une histoire de Playmobil

Patient : « C’est à n’y rien comprendre, docteur ! Hier je me suis blessé au bras droit… Et aujourd’hui la blessure est sur mon bras gauche ! »
Médecin : « Manifestement, il s’agit d’une plaie mobile… »

Électro-encéphallocrate

« Chez l’homme les médecins pratiquent l’électro-encéphalogramme et chez la femme l’électro-encéphalomilligramme. »

Jean-Claude Algalarrondo

L’enfer médical

Un médecin meurt et aboutit directement en Enfer. Il est dirigé directement dans une salle où on lui dit d’attendre Satan. Au bout de quatre heures, Satan apparaît finalement. Le docteur, furieux, vocifère :- Mais nom de Dieu, comment avez-vous pu me faire attendre si longtemps ? Je suis un homme important. Je suis un chirurgien réputé !

Le démon le regarde et fait :- Des médecins, des médecins, on en trouve treize à la douzaine en Enfer. Et puis aucun ne commence en jurant avec le nom de l’Autre de l’étage supérieur… Mais je vais te dire un truc. Puisque tu dis que tu as attendu trop longtemps à ton goût, je vais te donner le choix de la façon dont tu passeras ton éternité ici… Héhéhéhéhéhé (rire satanique)…

Et ces paroles sataniques étant prononcées, le maître des lieux montre au médecin deux portes :
– Voici les entrées des deux endroits que je te propose. Tu vas bien regarder ce qui se passe à l’intérieur, je te donne cinq minutes pour faire ton choix… Héhéhéhéhéhé (rire satanique)…

Derrière la première porte, le chirurgien trouve une unité de soins intensifs. Il y a du sang qui gicle de partout, des alarmes qui sonnent à tout bout de champs, des patients qui délirent. Un homme dans un coin est en train de s’extuber lui-même pendant qu’une femme au centre tombe de son lit…

Le docteur ferme rapidement la porte en pensant :
– Oh mon Dieu, c’est pas vrai… Plus de doute ! Je suis vraiment en Enfer… J’espère que la deuxième porte sera moins démoralisante…

Derrière la deuxième porte, le médecin découvre ni plus ni moins que l’asile psychiatrique de l’Enfer. A l’intérieur, c’est « Vol au dessus d’un nid de coucous » à la puissance 10. Des cris partout et tout le temps, des déments qui se fracassent la tête les uns sur les autres… Et quelques rares infirmiers qui tentent de maîtriser les locataires du lieu avec force camisoles et autres électrochocs !

Le toubib referme la porte :
– Je ne sais pas laquelle de ces deux options est la moins pire…

Et, alors qu’il est perdu dans ses réflexions, il remarque une troisième porte. Curieux de savoir ce qu’elle cache, il s’avance vers elle et l’ouvre. A l’intérieur, il trouve une salle extrêmement bien rangée, des infirmières ravissantes et affairées qui accourent aux moindres sollicitations des médecins ; lorsqu’un des médecins se plaint d’une raideur dans la nuque, l’une de ces infirmières accoure pour lui masser les cervicales… Lorsqu’un autre pique une crise de colère, une autre infirmière vient lui susurrer des mots apaisants à l’oreille… Si une érection vient trahir le désir d’un des médecins, aussitôt trois infirmières viennent lui prodiguer tout un ensemble de caresses et autres (*PASSAGE CENSURE PAR LA LIGUE DE LA VERTU ET DE LA MORALE)…

Les cinq minutes étant écoulées, Satan arrive et demande au médecin quelle porte il a choisi.
– Par l’anus artificiel de ma grand-mère, Grand Satan, j’ai choisi !!! Je veux la troisième porte !!! C’est là que je veux passer tout le reste de l’éternité !!!

Satan le regarde et fait :
– Olalalala…. Mais c’est pas possible mon bon monsieur…. La troisième porte, c’est pas l’enfer des médecins, c’est l’enfer des infirmières…

Traumatisme crétin

À la suite d’un accident de la circulation, deux automobiles sont conduits d’urgence à l’hôpital. Le médecin de garde s’aperçoit, étonné, que les deux victimes ont toutes deux la tête complètement fracassée.

Il essaie de comprendre l’accident et s’adresse aux victimes :
– Dites donc, mes pauvres amis, à en juger par l’état pitoyable de vos têtes, j’imagine que vos deux véhicules doivent être complètement détruits.
– Pas du tout, répond celui qui avait l’air en moins piteux état. Nous roulions tous les deux dans le brouillard, visibilité nulle, et au moment où l’on s’est croisés, on avait tous les deux la tête dehors…

Le leg médical

Un médecin a, depuis un certain temps, un vieil homme riche parmi ses clients. Un jour, il se rend compte que ce dernier n’en a plus pour longtemps à vivre. Il lui conseille donc de mettre un peu d’ordre dans ses affaires.
– Tout est prêt, lui répond le patient. Il ne me reste plus qu à rédiger mon testament. Et savez vous ce que j’ai décidé de faire de tout mon argent : le léguer au médecin qui me sauvera la vie…