Les revenus adorables

Les perles : la justice

Le tribunal :
– Quels sont vos revenus ?

La prévenue, manifestement peu troublée :
– J’ai un mari adorable.
L’argent ne fait pas le bonheur. Sauf celui des femmes.

Les paroles du mari

Deux voisines discutent sur le palier, l’une dit à l’autre :
– Je suis mariée depuis trente ans et mon mari ne m’a jamais dit un mot plus haut que l’autre.
– Vous avez de la chance, le mien, cela fait un mois qu’il ne me parlait plus et ce matin il m’a parlé.
– Vous voyez tout s’arrange, que vous a-t-il dit ?
– Tais-toi !

État de grâce marital

Les perles : la justice

Ils s’étaient mariés en septembre. Moins de deux mois plus tard, le mari battait sa femme. « L’état de grâce, si je peux me permettre, a été de courte durée ! » a conclu, corrosif, le procureur de la République. C’est ce qu’on appelle une lune de fiel.

La mission maritale

Un mari et sa femme fêtent leur cinquantième anniversaire de mariage. Le soir de cet anniversaire, la femme rejoint son mari dans le lit, mais ce soir, elle porte le même déshabillé sexy qu’elle portait le soir de leur nuit de noces.

Elle regarde alors son mari et lui dit :
– Tu te souviens de ça chéri ?

Il la regarde et lui répond :
– Oui chérie, bien sûr : tu portes le même déshabillé que tu portais pour notre première nuit !
– Oui, et tu te souviens de ce que tu m’as dit cette nuit-là ?
– Oui, je m’en souviens encore, acquiesce le mari.
– Alors dis-le moi encore s’il te plaît.
– Je t’ai dit : « Oh ma chérie, je vais te sucer toute la moelle de ces gros tétons jusqu’à les rendre flasques et te baiser à t’en faire sortir la cervelle de la tête ! »

Elle a un petit rire et lui dit :
– Oui mon chéri, c’est bien ce que tu as dit. Et maintenant, 50 ans après, alors que je suis dans la même tenue que cette nuit-là, qu’est-ce que tu as envie de me dire ?

Alors, la regardant à nouveau des pieds à la tête, il lui répond :
– Mission accomplie !

La jalousie au tribunal

Les perles : la justice

Le jaloux est un client habituel des tribunaux. Il blesse, il tue à intervalles réguliers. On est même parfois jalouse et criminelle de mère en fille. Triste chromosome du crime. Comme disait un président à l’une de ces indécrottables jalouses : « Vous exercez sur votre époux, madame, une véritable surveillance policière. Pour vous, le mariage, c’est la communauté réduite aux aguets ! »