Les puces de mon père

Une maîtresse demande à son nouvel élève :
– Quelle est la profession de ton père ?
– Il présente un numéro dans un cirque avec des puces savantes qu’il dresse à la maison.
– Et ta mère ?
– Elle se gratte.

L’élève qui en savait trop

Une petite fille rentre de l’école.
– Tu as bien travaillé en classe ? demande sa maman.
– Oui. La maîtresse a été très contente de moi.
– Ah… C’est bien. Et elle t’a dit quoi ?
– Que j’en savais trop…
– Elle a dit ça ? dit la mère pleine d’admiration.
– Presque. Elle a dit exactement : « Mon Dieu, si j’avais trente élèves comme toi, je n’aurais plus qu’à quitter l’enseignement ».

L’exemple de la secrétaire

Les perles : la justice

Il a été évoqué dans une procédure d’abus de biens sociaux, le cas douloureux d’une secrétaire exemplaire « chargée de la logistique hydraulique » dans une multinationale. L’employée, aussi remarquable que remarquée, avait vu son salaire tripler en trois ans et s’était vue gratifiée d’une prime de départ de 30 000 francs. « Je pense qu’elle devait être la maîtresse du directeur », a déclaré sa remplaçante, entendue comme témoin devant le tribunal. Rien ne vaut l’intuition féminine.

Les soirées du mari

Deux amies se rencontrent dans un salon de thé.
– Depuis bien longtemps, je me demandais où mon mari pouvait bien passer ses soirées, dit l’une. Maintenant, je le sais…
– Aurait-il une maîtresse ?
– Mais non, l’autre jour, je suis rentrée à la maison plus tôt que d’habitude. Eh bien, il était là !

Mon roudoudou…

Un gangster apporte un magnifique bracelet à sa nouvelle maîtresse. En lui sautant au cou, elle s’écrie :
– Oh ! Il est splendide ! Il doit valoir au moins cinq ans !