Les affaires de la blonde

Un juge demande à une blonde provocante :
– Vous êtes une prostituée, je crois.

La dame proteste :
– Ça, ce sont mes affaires !
– Procédons autrement, dit le magistrat : comment vont les affaires, en ce moment ?

La confiance de l’escroc

– C’est aujourd’hui, dit le juge, la vingt-septième fois que vous comparaissez devant un tribunal, pour escroquerie.
– Cela prouve une chose, répond l’accusé, c’est que j’ai une tête qui inspire confiance.

L’erreur est matinale

Un juge demande à un accusé :
– Quelle est la première chose que vous a dite votre femme ce matin-là ?
– Elle m’a dit : « Ouah, Marcel, qu’est-ce que tu m’as mis cette nuit ! »
– Et pourquoi cela vous a-t-il mis en colère au point de lui taper dessus avec votre radio-réveil ?
– Parce que mon prénom c’est Bernard, Monsieur le juge.

Les mains dans les poches

Au tribunal, le président demande à l’accusé :
– Vous n’avez pas honte de vous présenter devant la justice avec vos mains dans les poches ?
– Alors, où voulez-vous que je les mette, Monsieur le juge ? Je suis justement devant vous pour avoir trop souvent mis mes mains dans les poches des autres.